the global coalition for democracy

Vers l'indépendance : une route difficile pour Bougainville

Sign up

to our news, analyses and features on direct democracy worldwide!

Subscribe

The ruins of the Panguna mine (Photo courtesy of Madlemurs (CC BY-NC-ND 2.0) https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/)

Vers l'indépendance : une route difficile pour Bougainville

06-02-2020

Lors du référendum de novembre dernier, avec un taux de participation de 87,4 %, le pourcentage d'électeurs bougainvilliens ayant opté pour l'indépendance atteint le chiffre convaincant de 97,7 %. La petite île de la mer Pacifique fait partie de l'État de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), mais jouit déjà d'un statut autonome spécial. Cependant, le résultat du référendum est clair comme le jour : Bougainville en veut plus. Toutefois, obtenir cette indépendance ne sera pas facile. Le nœud du problème ? La mine de Panguna, qui abrite l'une des plus grandes réserves de cuivre au monde. Outre cette question importante, la PNG ne semble pas non plus désireuse d'accorder à Bougainville le statut d'État.

Par Shanne Bouma

Un référendum issu d'une guerre civile

Le référendum de novembre dernier n'est pas le résultat du hasard, puisqu'il a été inscrit dans un accord de paix signé par les deux parties le 30 août 2001. Facilité et contrôlé par les Nations unies, l'accord reposait sur trois piliers : plus d'autonomie pour Bougainville, désarmement de l'île et convocation d'un référendum sur l'indépendance. Ce référendum devait être déclenché dans les 10 à 15 ans suivant la mise en place du gouvernement autonome de Bougainville. Selon l'accord, le référendum serait non contraignant et, après des négociations entre les deux gouvernements, le résultat devrait être ratifié par le parlement de la PNG.

Le document a été signé après une guerre civile brutale qui a fait rage sur l'île pendant plus d'une décennie (1988-1998). Entre 15 000 et 20 000 Bougainvilliens ont perdu la vie dans le conflit, soit près de 10 % de la population totale. Cette histoire nous montre aussi plus clairement pourquoi les Bougainvilliens ont voté pour l'indépendance de la Papouasie-Nouvelle-Guinée en si grand nombre.  

Le principal catalyseur de la guerre civile ? La mine de Panguna située au cœur de l'île. Riche en minerais, Bougainville a généré environ 17 % du revenu national de la PNG et, à ce titre, elle était la région la plus importante du pays. D'autre part, Bougainville n'a vu qu'un pourcent de ses bénéfices revenir sous forme d'investissements dans la région. Le sentiment d'exploitation économique s'est accompagné d'une forte pollution par l'industrie minière et les citoyens ont dû faire face à la dégradation environnementale des terres indigènes.  

Le 25 novembre 1989, des propriétaires terriens militants menés par Francis Ona ont commencé à saboter les installations de la mine de cuivre de Panguna, exploitée par la société Bougainville Copper Limited (BCL). La principale partie prenante de BCL, le géant minier mondial Rio Negro, aurait fait pression sur le gouvernement de PNG pour qu'il prenne des mesures afin de contrer la rébellion. Que cela soit vrai ou non - l'enquête est toujours en cours - l'administration de la PNG a déployé l'armée.

En mars 1990, le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée a envoyé des troupes dans la province pour réprimer la rébellion de type guérilla. Selon Colin Filer, un anthropologue qui étudie le conflit, "la fréquence des affrontements entre les militants et les forces de sécurité s'est intensifiée à un point tel que la protestation contre les opérations minières est devenue un acte de rébellion contre l'autorité de l'État".  Comme les militaires de la PNG n'ont pas réussi à vaincre la rébellion, le conflit a pris une tournure encore plus dramatique lorsque la PNG a imposé un blocus naval sur l'île, empêchant ainsi l'entrée de nourriture et de médicaments. Cela a forcé les Bougainvilliens à recourir à un mode de vie autonome.  La tentative de briser l'esprit des habitants de l'île a échoué lamentablement et s'est avérée immensément contre-productive, car le blocus a été un catalyseur de la prise de conscience nationale des Bougainvilliens.

Finalement, les rebelles n'ont pas reculé et la mine de Panguna a dû être fermée car son exploitation était devenue impossible. À ce jour, elle reste hors service. On estime que des réserves de cuivre et d'or d'une valeur de 60 milliards de dollars US sont encore laissées sous terre.

Lenteur des négociations et indépendance économique

Après le référendum non contraignant de novembre, les négociations ont commencé entre la PNG et Bougainville. Le Premier ministre de la PNG, James Marape, s'est rendu sur l'île pour souligner la bonne foi de la PNG dans les résultats positifs. Jusqu'à présent, on ne sait pas encore combien de temps prendra l'ensemble du processus. Même si le résultat du référendum est difficile à interpréter autrement qu'un souhait indubitable d'indépendance, Marape a clairement indiqué que Bougainville n'est pas prête pour cela et devrait plutôt se concentrer sur l'indépendance économique en tant que priorité. L'île est actuellement dépendante de l'aide étrangère et des revenus de l'État provenant du gouvernement de la PNG.

Les dirigeants locaux ont des opinions différentes sur la question. John Momis, l'actuel Président de la Région autonome de Bougainville est favorable à la réouverture de la mine pour générer des revenus. Les propriétaires terriens ont également admis qu'ils souhaitent la réouverture de la mine.

Le même sentiment est partagé par d'autres politiciens bougainvillais. Selon une interview du Japan Times, le vice-président Raymond Masono vise à réviser les lois minières de Bougainville après le référendum. Masono veut modifier les lois actuelles, de sorte qu'en cas de nouvelle activité minière, Bougainville prenne une part majoritaire de 60 % dans tous les projets et conserve toutes les licences minières. Le reste serait réservé à d'autres investisseurs.

Dans l'interview, il déclare également que Panguna peut être le projet qui permettra à Bougainville d'être indépendant de la PNG : "Ils ne sont pas propriétaires de la licence et de la mine. Nous en sommes les propriétaires - ils viennent à nos conditions. La révolution est en cours".

Le Panguna, une bénédiction et une malédiction

Le renouvellement des opérations minières peut favoriser le développement de Bougainville, tout comme il a stimulé les finances de la PNG dans les années 70 et 80. Dans le même temps, la mine restera très probablement le talon d'Achille de Bougainville, car le renouvellement de l'exploitation minière aura sans doute des conséquences sur l'environnement et la structure sociale de l'île.

Les conséquences de l'exploitation minière ont déjà entraîné une fois un conflit sanglant. Jusqu'à présent, cette histoire n'a pas été entièrement assimilée par les habitants de Bougainville. Il n'y a pas eu d'efforts significatifs pour fournir une justice de transition répondant aux atrocités que les Bougainvilliens ont dû vivre. Cela rend la réouverture éventuelle de la mine encore plus délicate.

Bougainville est actuellement extrêmement appauvrie et est devenue l'une des régions les plus pauvres de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les investisseurs étrangers et les sociétés minières multinationales se préparent déjà à sauter sur les milliards de réserves de cuivre et d'or que possède encore Panguna. La situation est encore compliquée par l'arrivée de nouveaux acteurs, comme la Chine, un pays qui n'était pas auparavant un acteur important dans le conflit.  Il n'est pas impensable que les choses échappent à tout contrôle alors que des forces plus importantes et plus riches que Bougainville tenteront de s'emparer de ses ressources. Divers rapports semblent indiquer que les grandes sociétés minières tentent déjà de faire pression sur les principaux hommes politiques de Bougainville pour affirmer leur influence politique.

Les habitants de Bougainville ont vécu beaucoup de choses et devraient pouvoir avoir leur mot à dire sur leur propre avenir. Le résultat clair du référendum ne laisse aucune place à l'interprétation, Bougainville veut être le plus récent État du Pacifique Sud. Ce dont l'île a maintenant besoin, c'est d'un cadre juridique solide garantissant la propriété bougainvillienne de la Panguna et de négociations ambitieuses et responsables avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée, en adhérant aux accords des Nations unies que les deux parties ont conclus.  Il semble que seule cette combinaison puisse conduire à un modèle de développement stable pour les prochaines décennies.

Source Photo: Les ruines de la mine de Panguna - Madlemurs (CC BY-NC-ND 2.0) https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/)

Cet article a été écrit dans le cadre du Direct Democracy Navigator, une plateforme unique d'information sur la démocratie participative moderne autour du monde, hébergée et facilitée par le Centre de recherche sur la participation des citoyens/Institut de recherche sur la démocratie et la participation de l'Université de Wuppertal en coopération avec Democracy International, l'IRI Europe, soutenu par swissinfo et People2power. Le Direct Democracy Navigator est la seule base de données fournissant une vue d'ensemble complète des instruments juridiques de la démocratie directe dans le monde: www.direct-democracy-navigator.org

Website Info

Democracy International is a registered association in Germany
(eingetragener Verein e.V.).

Gürzenichstraße 21 a-c
50667 Cologne
Germany
Phone: +49 (0) 221 669 66 50
Fax: +49 (0) 221 669 665 99
Email: contact@democracy-international.org

Amtsgericht Köln
VR-Nr. 17139

Full website information here

Data protection - Datenschutz
 

Bank

Democracy International e.V.
IBAN: DE 58370205000001515101
BIC: BFSWDE33XXX

Bank für Sozialwirtschaft
Konto: 1515101
BLZ: 37020500

Sign up

to our news, analyses and features on direct democracy worldwide!

Subscribe

Follow us